Histoire du marbre

 

Fontaine de Trévise
Fontaine de Trévise.

 

Le marbre dans les activités humaines

 

Les grecs ainsi que les Romains de l’antiquité utilisaient le marbre, non seulement comme matériau de sculpture mais également d’architecture. Le bas indice de réfraction de la calcite, principale composante, permet à la lumière de « pénétrer » dans la superficie de la pierre. Une luminosité spéciale caractérise les marbres blancs suite à la réflexion de la lumière à l’intérieur de ce matériaux. Le marbre pierre divine ? Les bâtisseurs de l’époque en étaient persuadé. C’est ainsi que de nombreux temples dédiés à des dieux et des déesses ont vus le jour.

Les grecs utilisaient le mot “marmaros” pour désigner le marbre. Ce terme signifie « pierre resplendissante ». Dans l’antiquité, il indiquait n’importe quelle pierre « lustrable », c’est-à-dire une pierre dont la surface pouvait être lustrée au moyen de polissage.

Géologie du marbre

Les marbres (au sens moderne du terme) sont initialement des calcaires durs, métamorphiques et de très faible porosité. Ils sont tous d’âge “Dévonien” supérieur ou “Carbonifère” inférieur et auraient probablement été déposés dans un intervalle de temps de 50 millions d’années, entre 380 et 330 millions d’années.

Ils semblent avoir subi, postérieurement à leur dépôt, une cristallisation complète sous l’influence de phénomènes physico-chimiques appelés « métamorphismes ». Ces phénomènes naturels ont très certainement été provoqués par des conditions comme la pression, la température ou l’action de vapeurs venues des parties profondes du globe.

Le marbre grec

 

marbre-pentélique-détail-d-une-moulure-décorative-du-temple
Marbre pentélique détail d’une moulure décorative du temple

 

La Grèce antique possédait beaucoup de carrières de marbre par conséquent elle possédait de nombreuses variétés précieuses de marbres blancs antiques. Les marbres de Thasos, Paros, Naxos, Pentélique sont des marbres réputés.

Le marbre fut donc largement diffusé depuis les débuts de l’art grec.

Les temples grecs étaient à l’origine en bois, recouverts d’argile cuite peinte de couleurs vives. Ils seront progressivement construits en marbre (dans les Cyclades) ou en calcaire gris (dans le Péloponnèse). En conséquence, ils accèdent à des dimensions architecturales exceptionnelles et monumentales.

Dans cette nouvelle architecture (toute de pierre, charpente comprise), les éléments fonctionnels accèdent à une valeur purement décorative. Les annelets des colonnes, qui à l’origine étaient les cerclages des colonnes en bois, deviennent de simples décorations.

L’usage dans l’architecture d’époque classique, se propage surtout à partir des monuments et des temples de l’Acropole d’Athènes.

 

L'acropole d'Athènes
L’acropole d’Athènes.

 

Le Parthénon est entièrement construit en blocs de marbre pentélique.

Le Parthénon sur l'Acropole. Tout de marbre blanc du Pentélique et de Paros
Le Parthénon sur l’Acropole. Tout de marbre blanc du Pentélique et de Paros.

Le marbre Romain

Influencé par la culture grecque, le marbre fut considéré dans la Rome antique comme un matériau particulièrement précieux et au fur et à mesure que de nouveaux territoires étaient conquis, Rome commença les importations. Les coûts élevés du transport des carrières souvent lointaines du lieu d’emploi le rendirent initialement comme matériau de luxe, donc utilisé pour les monuments publics ou pour les riches décorations internes des demeures privées.

 

 

Le monument Vittoriano de Venise – Monument à la gloire d’Emmanuel II
Le monument Vittoriano de Venise – Monument à la gloire d’Emmanuel II.

À l’époque de la République Romaine les premiers temples étaient construits, surtout en marbre blanc (IIe siècle av. n. è. le temple d’Hercule Victorieux au Forum Boarium). Les constructeurs utilisaient plutôt des marbres importés des carrières grecques, accompagnés probablement de maîtres en mesure d’en exécuter le travail (la Grèce était devenue province romaine en 146 av. n. è.). Les Romains avaient principalement l’intention d’impressionner le “public” avec l’emploi massif de ce matériau très coûteux et culturellement significatif.

 

Temple d'Hercule Victorieux (Rome)
Temple d’Hercule Victorieux (Rome).

 

Toujours au cours du IIe siècle av.n.è, débuta l’exploitation des carrières de Luni (aujourd’hui “Carrare”). Ces marbres  étaient de bonne qualité et plus économique (en raison du transport) que les marbres importés de Grèce. Mais la réputation du marbre comme matériau de luxe ne changea pas pour autant. Nous proposons aujourd’hui ce même marbre à nos clients. Est-il de bonne qualité ? Si nous pouvons admirer ces magnifiques monuments du passé aujourd’hui c’est parce qu’il l’est.

 Le Marbre moderne

C’est vers les XVe et XVIe siècles que le goût pour le marbre reprit de la vigueur. En partie grâce à la Renaissance, qu’elle soit italienne (Rinascimento) et ensuite française.

Les règnes glorieux des Médicis souverains de Toscane, relevèrent entièrement l’usage du marbre. Michel-Ange avait prouvé que l’étude de l’Antiquité était le vrai guide du bon goût dans la sculpture.

La construction de l’église Saint-Pierre à Rome, montra l’heureux parti qu’on pouvait tirer des marbres antiques. Rome, Florence et Pise devinrent célèbres par leurs propres ruines. Les Médicis firent redécouvrir le marbre dans toute l’Europe.

En France, le marbre prit une dimension politique et devint une identité nationale. Louis XIV fit construire le château de Versailles en utilisant les plus beaux matériaux et les plus chers du royaume.

Louis XIV voulait faire de Versailles la vitrine de la France. Vitrine politique et diplomatique d’abord, vitrine artistique et technologique ensuite, vitrine des savoir-faire enfin” (Citation).

 

Les marbres de Versailles
Les marbres de Versailles.

 

Colbert surintendant du roi fit rechercher les carrières perdues ou méconnues des Pyrénées, du Languedoc, de la Provence, etc…

Il fut très efficace !

Il n’eut pas son pareil pour dénicher les nuances de marbres qui firent le succès des carrières françaises et la gloire du château de Versailles.

 

Salon de Vénus, Palais de Versailles
Salon de Vénus, Palais de Versailles.

 

Mais le marbre de très haute qualité !

Diversifié dans ses coloris et tons !

Coûteux parce que plus rare !

Synonyme de richesse…

Restera à jamais…

Le Marbre Italien

 

 

Le Marbre RESIMARMO®

Nos clients achètent nos granulats de marbres parce qu’ils sont extraits et traités exclusivement en Italie. Cette caractéristique assure un contrôle précis des différentes étapes de traitement. Il existe différents types de marbre avec des caractéristiques presque similaires, mais ils sont de moins bonne qualité et disposent d’une faible gamme de couleurs. Vous trouverez ci-dessous les principales couleurs RESIMARMO® pour les marchés d’Europe. 

 

 

bianco-carrara

botticino

bardiglio-chiaro

arabescato

rosa-corallo

giallo-siena

giallo-mori

brescia-pernice

verde-alpi

rosso-verona

nero-ebano

occhialino

 

À partir de ces 12 couleurs de base il est possible d’obtenir  + de 240 000 teintes différentes. À vous d’imaginer votre couleur, nous préparerons votre mélange.

De nouvelle teintes de base vont venir étoffer cette gamme impressionnante. Surprise, surprise !

 

Première surprise 2018

 

Nouvelle couleur (Griggio cenere)

 

Couleur Griggio cenere

 

 

galets de granulat de marbre - bureau - appliquer les dispositions légales - logo RESIMARMO en longueur

Défiler vers le haut